DAVID BECK intervient le 29 mars pour une conférence IA ET VIN à l'Institut Universitaire de la Vigne et du Vin Jules Guyot
nfc

Blockchain des Objets : le mariage du physique et du digital — Transparence partie 6

David BECK Academic - Economics, Society and Political science - Environment and Technologies (AI, blockchain)
CAS D'UTLISATION

Selon le Gartner Hype Cycle of Emerging Technologies 2018, ces deux technologies sont actuellement dans leur “pic d’attentes exagérées” et il est très probable qu’il leur faudra encore “5 à 10 ans” pour arriver à maturité.

TRANSPARENCE Chapitre 2 — Partie 5 #Blockchain #Vin

Dans cette série d’articles, j’essaie de comprendre les implications des thèmes liés à la traçabilité (chapitre 1), à la transparence (chapitre 2) et à la décentralisation (chapitre 3). Ces thèmes peuvent être considérés comme antonymes de l’industrie du vin.
Dans le Chapitre 1 Tracabilité, j’ai analysé la relation entre les producteurs de vin et les consommateurs. Je me suis penché sur les effets que la transparence pourrait avoir sur la chaîne d’approvisionnement du vin. Voici le cinquième article du chapitre 2. Dans le troisième chapitre, j’examinerai si la décentralisation pourrait être l’avenir de la filière vin.

J’ai eu le plaisir d’interviewer 40 acteurs majeurs des secteurs du vin et de la technologie. Pour rédiger cet article, j’ai discuté avec (trié par ordre alphabétique) :
Laurent DAVID Président de La WineTech
Antoine GIMBERT Directeur Export des Domaines Delon
Fabien GUÉDÉ Co-Fondateur & COO de Wine in Block
Matthieu HUG Fondateur & CEO de Tiltak
Nicolas MENDIHARAT Co-Fondateur & CEO de WineChain
Tom MORRIS Business Development Manager de VeChain
Oliver ORAM Co-Fondateur & CEO de Chainvine
Sebastian SCHIER Managing Director de vinID
Dorian WANSEK Chief of Staff du CEO d’Arianee


La technologie évolue rapidement. Par conséquent, nous commençons à voir la mise en œuvre de biens et d’expériences phygitales par des marques de divers secteurs. Le phygital est la combinaison de biens et d’expériences physiques avec des biens et des expériences numériques. Le phygital implique l’utilisation de la technologie pour créer une expérience client transparente.

L’association de biens physiques et numériques pour améliorer l’expérience du consommateur n’est pas nouvelle. Le terme lui-même a été inventé pour décrire la connexion entre les écosystèmes physiques et numériques où se trouvent toutes les expériences de marque. À l’époque, le phygital était un concept qui mettait en évidence le grand potentiel des marques à s’engager avec les consommateurs en utilisant à la fois des moyens physiques et numériques. En 2007, les marques et les consommateurs commençaient à peine à explorer ce concept novateur.

C’est la pandémie de 2020 qui a réellement accéléré ce mélange des mondes physique et numérique. Étant donné que beaucoup d’entre nous étaient séparés de leurs amis, de leur famille et de leurs collègues, nous manquions d’interaction sociale. Il ne fait aucun doute que la pandémie a modifié notre façon de penser en tant qu’êtres humains, ainsi que ce que nous considérons comme acceptable en termes de consommation. La façon dont nous faisons nos achats, dont nous mangeons et dont nous participons à des événements a changé de façon permanente.

Nous achetons la plupart de nos produits en ligne, nous commandons de la nourriture par l’intermédiaire d’une application et nous assistons à des réunions et à des conférences importantes par l’intermédiaire d’un écran. Et ce n’est que le début de ce à quoi ressemblera une économie véritablement phygitale.

Aujourd’hui, avec la mise en œuvre de la technologie blockchain, nous avons accès à des réseaux sans confiance qui nous permettent d’interagir sans intermédiaire et de prouver la propriété des biens numériques via la technologie NFT.

CAS D'UTILISATION 17 — vinID associe la blockchain et la technologie NFC pour garantir que chaque produit possède son propre identifiant unique et crypté de manière dynamique.
La rencontre entre la technologie basée sur la blockchain et les grands vins allemands a eu lieu lors de la vente aux enchères du VDP Rheingau à Kloster Eberbach. La vente aux enchères du VDP Rheingau à Kloster Eberbach est l'un des temps forts du calendrier viticole mondial. Les meilleurs vins produits par les domaines VDP dans le dernier millésime sont vendus sous le marteau.
Parmi les bouteilles mises aux enchères chaque année, on trouve des "réserves de vente aux enchères" qui ne sont pas distribuées aux détaillants et qui sont donc particulièrement recherchées par les collectionneurs sur le marché secondaire.

Pour protéger leurs vins de la contrefaçon, les producteurs ont adopté une combinaison de puce et d'étiquette électronique NFC (Near Field Communication) et de jeton NFT (Non Fungible Token) créé par vinID.
La différence essentielle entre cette entreprise et les autres NFT réside dans la manière dont le certificat numérique est "jumelé" à la bouteille et dans l'implication du producteur. Les NFT de vinID ne sont pas achetés et échangés à des fins spéculatives comme la plupart des NFT d'art numérique ; ils existent avant tout pour protéger le vignoble et le consommateur contre la falsification du vin.

Le processus commence à l'étape de l'embouteillage, lorsque la puce NFC contenant des informations sur le vin provenant du producteur et un lien vers un NFT individuel créé par vinID, est placée sur le dessus du bouchon avant l'application de la capsule. Toute personne scannant la bouteille à l'aide d'un smartphone peut accéder à tous les détails de la puce NFC, y compris tout changement de propriétaire, à condition que la vente ait été enregistrée sur la blockchain. Dès que la capsule est retirée, elle est également enregistrée, ce qui empêche quiconque de remplir la bouteille avec un autre vin.

L'utilisation de la NFC permet aux producteurs de disposer d'un moyen permanent de communication et de marketing auprès des personnes qui possèdent déjà leurs vins. S'ils peuvent être persuadés de scanner leurs bouteilles à l'occasion, ces consommateurs pourraient voir des informations sur les nouveautés, les dégustations et les événements qui leur sont directement destinés plutôt qu'à un public plus large. Ils pourraient également être mis en contact avec d'autres propriétaires de vins NFT avec lesquels ils pourraient échanger des bouteilles authentiques.

La fusion des technologies blockchain et IoT

La blockchain et l’Internet des objets (IoT) sont les deux principales composantes émergentes perturbatrices de l’ère technologique contemporaine fondée sur l’internet. Selon le Gartner Hype Cycle of Emerging Technologies 2018, ces deux technologies sont actuellement dans leur “pic d’attentes exagérées”, tandis qu’elles devraient très probablement nécessiter encore “5 à 10 ans” pour arriver à maturité.

En fait, si l’on compare avec les prédictions de 2017 de Gartner, la blockchain – sans changer beaucoup – est restée dans sa position actuelle sur le cycle de la hype. Au contraire, l’IoT a progressé raisonnablement – en restant dans le même arc (c’est-à-dire le pic des attentes exagérées) de la courbe – mais l’IoT a rétrogradé au niveau de maturité de “2 à 5 ans” à l’état actuel de “5 à 10 ans”. Cette régression de l’IoT, en termes de maturité, est toutefois justifiée par son adoption généralisée dans des applications à multiples facettes et par les problèmes de sécurité soulevés jusqu’à présent. En fait, ces deux technologies sont des systèmes distribués, autonomes et pour la plupart décentralisés, qui possèdent un potentiel naturel de complémentarité.

L’IoT nécessite un renforcement de ses caractéristiques de sécurité alors que la blockchain les possède intrinsèquement en raison de son utilisation intensive de mécanismes cryptographiques et la blockchain – de manière inversée – a besoin des contributions des nœuds distribués pour son modèle de consensus P2P (pair à pair) alors que l’IoT les incorpore de manière rudimentaire dans son architecture.

La blockchain des objets est la forme évolutive de l’IoT et représente l’avenir. De nombreux acteurs du secteur technologique estiment que l’IoT en tant que tel – qui n’a pas évolué vers la blockchain des objets – aura disparu d’ici 20 ans.

CAS D'UTILISATION 18 — Crurated a été lancé pour mettre en relation les connaisseurs directement avec les producteurs de vin, les informations et la provenance étant assurées par la technologie blockchain. 
Le Domaine Arnoux-Lachaux de Bourgogne a signé un accord exclusif de distribution directe aux consommateurs avec le club de vins fins Crurated. L'année dernière, le domaine viticole a signé un accord de distribution exclusive avec Crurated pour sa propre gamme de vins de micro-négoce.

Cela signifie que chaque bouteille de vin du Domaine Arnoux-Lachaux vendue par l'intermédiaire du club de vins fins sera enregistrée sur la blockchain.
On peut y accéder en tapant sur un téléphone équipé d'un système NFC ou RFID, ce qui permet de vérifier l'authenticité de la bouteille et de fournir des détails tels que le millésime, l'emplacement du vignoble et le cépage. L'historique de la bouteille est également mis à jour par le biais d'un nouvel enregistrement blockchain chaque fois que le vin est revendu et passe d'un client à un autre.

L'utilisation de Crurated permet de "vérifier la provenance de chaque bouteille de vin qui quitte notre domaine et entre dans leur entrepôt", a déclaré Charles Lachaux, et permet également à l'équipe de se connecter avec les acheteurs de ses vins d'une manière significative à travers des événements uniques à travers le monde. "Cette connexion nous permet de communiquer notre philosophie de vinification et de créer un lien plus fort avec les amateurs de vin du monde entier", a-t-il ajouté.

Bien que les vins du Domaine Arnoux-Lachaux soient vendus directement aux consommateurs, exclusivement par l'intermédiaire de la plateforme Crurated, les ventes aux restaurants B2B seront toujours gérées par les distributeurs.

Les problèmes industriels couramment rencontrés dans le développement de l’IoT sont les suivants :

  • Sécurité des appareils
    Les dispositifs IoT, tels que les climatiseurs domestiques intelligents, les lampadaires intelligents, les détecteurs de fumée intelligents, etc. sont difficiles à sécuriser en raison de leur coût de développement élevé. Ils sont facilement piratés et peuvent même être contrôlés ou infectés par des logiciels malveillants.
  • Vie privée
    Les dispositifs IoT existants sont contrôlés et gérés de manière centralisée, toutes les données des utilisateurs étant regroupées dans un centre de données. Toutefois, ce centre de données risque d’être attaqué ou piraté. Les modèles commerciaux de données arrivent à maturité et la valeur commerciale des données des utilisateurs augmente, ce qui rend les inconvénients du stockage des données dans les centres de données encore plus précaires.
  • Demande d’architectures de serveurs
    Le nombre d’appareils IoT devrait connaître une croissance explosive. Cette croissance augmentera la charge imposée au système de contrôle actuel des centres IoT et les architectures de serveurs existantes ne seront pas en mesure de répondre à cette demande
  • Compatibilité des communications
    De nombreuses entreprises dans le monde ont développé leurs propres plateformes IoT sans normes ni langages communs entre les plateformes. Il est donc difficile pour elles de communiquer entre elles, ce qui entraînera de nombreuses frictions dans l’ensemble du développement de l’IoT.
  • Coopération multi-agents
    Les dispositifs IoT sont principalement produits par des réseaux auto-organisés d’opérateurs et d’entreprises. Toutefois, le nombre d’appareils IoT augmentera inévitablement et les appareils IoT devront également communiquer entre eux, ce qui entraînera des coûts plus élevés pour les entités impliquées dans la collaboration intersubjective.

Applications de la blockchain des objets

  • Gestion de la chaîne d’approvisionnement en temps réel
    La blockchain des objets peut assurer une gestion de la chaîne d’approvisionnement en temps réel et une base de données décentralisée grâce au consensus de la blockchain et aux contrats intelligents, sans qu’il soit nécessaire de faire appel à des institutions de confiance tierces. La blockchain des objets peut également surveiller, tracer et rendre inviolable l’ensemble du processus de production, de traitement, de transport et de vente des matières premières. Par rapport à la chaîne d’approvisionnement existante, elle peut définir clairement la répartition du pouvoir et des responsabilités, réduire les coûts et accroître l’efficacité.
  • Réseau de valeur
    La blockchain des objets relie la valeur des objets physiques au monde numérique (blockchain) afin que chaque objet puisse réaliser pleinement sa valeur et profiter de l’opportunité d’un échange de valeur. Elle peut également transformer des actifs incorporels tels que les informations sur les utilisateurs et les données d’utilisation de l’internet des objets en actifs déterministes transparents et précieux et fournir une plateforme d’échange et de partage fiable. Les utilisateurs peuvent également gérer leurs propres données d’utilisation et obtenir les avantages qu’elles génèrent tout en préservant leur vie privée.
  • Économie du partage
    La blockchain des objets peut inscrire des idées et des modèles partagés dans des contrats intelligents de blockchain et gérer des contrats de location, des dépôts et des règles par le biais de contrats intelligents. La technologie blockchain peut éliminer le rôle de la plateforme centrale, simplifier l’utilisation des services de partage et rendre la gestion du partage plus précise. Par exemple, le prix des vélos partagés peut être mesuré en minutes, voire en secondes. Les fonctions d’information de la blockchain peuvent également améliorer la confiance mutuelle dans l’économie du partage. Par exemple, lorsqu’ils proposent une maison à la location, les propriétaires doivent fournir leur véritable identité et garantir la fiabilité de leurs annonces et la sécurité de leurs locataires.

La blockchain des objets et la cybersécurité

La blockchain et l’IoT – en tant que technologies autonomes – ont déjà prouvé qu’elles étaient très perturbatrices. Étant donné que l’IoT utilise largement les technologies existantes des réseaux de capteurs sans fil, il reste intrinsèquement vulnérable aux menaces qui pèsent sur la vie privée et la sécurité. Au contraire, la blockchain, de par sa conception et son architecture – méthode de consensus et techniques cryptographiques – est considérée comme une machine de confiance. Elle possède donc le potentiel nécessaire pour résoudre une grande partie des problèmes de sécurité rencontrés dans l’IoT. La blockchain nécessite des nœuds participants pour l’approche consensuelle qui peut être complétée par des dispositifs IoT, tandis que l’IoT nécessite des caractéristiques de sécurité qui peuvent être satisfaites par la blockchain, telles que la transparence, la confidentialité, l’immuabilité, la résilience opérationnelle, etc..

L’IoT est un système cyber-physique qui aide à représenter le monde physique “connecté” comme faisant partie du cyber-monde. Cependant, pour diverses raisons, les aspects sécuritaires de l’IoT n’ont pas été correctement pris en compte lors de la phase de conception des appareils et des produits. L’avènement et la popularité croissante de la blockchain ont entraîné un changement de paradigme dans la recherche sur l’IoT, en particulier l’intégration de l’IoT et de la blockchain pour un cybermonde plus robuste et plus sûr. Toutefois, comme les technologies ne sont pas encore tout à fait au point, de nombreux défis doivent encore être relevés dans le cadre de cette intégration. De nombreuses études suggèrent des applications de la chaîne de blocs comme solution probable pour renforcer les aspects sécuritaires de l’écosystème de l’IoT

Ceci était le sixième et dernier article du chapitre 2 – Transparence. Dans le prochain article, j’écrirai le premier article sur la décentralisation et son impact sur le marché du vin..