NE MANQUEZ AUCUNE ANALYSE - CLIQUEZ SUR CE MESSAGE POUR SUIVRE NOTRE PAGE LINKEDIN
digital erea

30% des entreprises ont testé l’IA

Les enquêtes McKinsey et EY-Parthenon confirment que l’avenir appartiendra aux entreprises qui placent la technologie au centre de leurs perspectives, de leurs capacités et de leur mandat de direction. Au niveau mondial, 10% des entreprises ont réussi à industrialiser des solutions basées sur l’IA dans leur entreprise et 30% ont mené des expériences.

La dernière enquête de McKinsey confirme que l’avenir appartiendra aux entreprises qui placent la technologie au centre de leurs perspectives, de leurs capacités et de leur mandat de direction.

Enquête mondiale McKinsey sur la stratégie numérique
Lire également L'IA sensorielle pour booster les ventes de box par abonnement

Adoption rapide : L’enquête précédente de McKinsey a montré que dans des domaines clés du modèle d’entreprise, l’adoption globale des technologies numériques par les entreprises s’était accélérée de sept à trois ans en l’espace de quelques mois. Les résultats les plus récents montrent que cette accélération se produit également au niveau des pratiques commerciales de base.

Modèle obsolète ou viable : selon l’enquête, de nombreuses personnes interrogées reconnaissent que les modèles économiques de leurs entreprises sont en train de devenir obsolètes. Seuls 11 % d’entre eux pensent que leurs modèles économiques actuels seront économiquement viables jusqu’en 2023, tandis que 64 % affirment que leurs entreprises doivent créer de nouvelles activités numériques pour y parvenir.

L’investissement est la clé : Les investissements technologiques plus audacieux et à grande échelle ont beaucoup plus de chances de soutenir une transformation réussie que ceux qui sont de moindre envergure. Pour réaliser leurs ambitions, il est essentiel que les organisations comprennent ce que signifie réellement se différencier des autres par leur technologie, d’autant plus que les termes « technologie » et « numérique » sont très larges et ont des significations différentes selon les organisations. 

Le talent est un défi permanent pour les entreprises qui transforment leurs activités grâce au numérique et à la technologie. Les entreprises les plus performantes sur le plan économique font état d’une plus grande dépendance à l’égard du recrutement de nouveaux employés. Dans d’autres entreprises, les personnes interrogées déclarent accorder autant d’importance à l’embauche et au recyclage de leur personnel actuel, et les deux groupes ont autant recours au partenariat ou à la sous-traitance.

Différenciez avec la technologie : les entreprises du premier décile ont des plans plus agressifs pour se différencier grâce à la technologie, et certaines se préparent à réinventer complètement leur proposition de valeur. Les entreprises performantes ont également adopté une approche plus audacieuse de l’innovation et réalisent désormais une part beaucoup plus importante de leurs ventes avec des produits ou des services qui n’existaient pas il y a un an. Les entreprises les plus performantes sont presque deux fois plus susceptibles d’avoir des leaders technologiques qui façonnent activement la stratégie globale.

Leadership : malgré l’importance d’impliquer les responsables technologiques dans les décisions commerciales, il ne suffit pas que les entreprises aient un seul responsable technologique chargé de conduire une stratégie commerciale performante et adaptée au numérique. L’importance du numérique pose un défi aux dirigeants d’entreprise : peu d’entre eux ont l’habitude de s’engager dans la technologie, même si celle-ci transforme les exigences de presque tous les rôles et devient partie intégrante du travail de chacun. Les dirigeants doivent devenir des « leaders » de la technologie – plutôt que des « facilitateurs » ou des « obstructeurs » – dans leurs organisations respectives.

IA, 30% des entreprises expérimentent sur des périmètres limités

Commandée par le Secrétariat général pour l’investissement en France, EY-Parthenon a réalisé une étude de marché sur l’IA de confiance dans 7 secteurs industriels en Europe, en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique.

Une étude EY-Parthenon souligne que l’industrie reste prudente quant à l’intégration de composants d’IA dans les processus, les produits ou les services à plus grande échelle.

10% des entreprises ont réussi à industrialiser des solutions basées sur l’IA

Alors qu’en moyenne, les fabricants investissent entre 0,4 % et 1 % de leur chiffre d’affaires dans des projets impliquant l’intelligence artificielle, le secteur, mené par les acteurs des secteurs de la technologie, de la banque, de la santé et de l’automobile, reste prudent quant à l’intégration de composants d’IA dans les processus industriels, les produits ou les services à plus grande échelle.

Il y a plusieurs raisons à cela :

  • Difficultés à obtenir des données de qualité pour former, maintenir les algorithmes et être en mesure de déployer les applications à l’échelle ;
  • Incertitude des dirigeants à saisir le retour sur investissement, ce qui ralentit la prise de décision ;
  • Un cadre juridique qui n’aborde pas la question de la responsabilité, ce qui limite la confiance dans les systèmes basés sur l’IA.

Et si une IA accordait des crédits sur la base de préjugés ?

Dans ce contexte réglementaire en construction, le développement de produits et de services répondant à des exigences sociétales, éthiques ou techniques constitue un enjeu socio-économique majeur, tout comme la recherche d’un juste équilibre entre réglementation et innovation, en tenant compte des spécifications et de l’existant de chaque secteur industriel.

La Commission européenne a publié le 21 avril 2021 son projet « AI Act », visant à faire de l’Europe le pôle mondial de l’IA de confiance. L’objectif principal est de promouvoir le développement de l’IA dans toute l’Union européenne, tout en s’attaquant aux risques potentiels pour la sécurité et les droits fondamentaux des citoyens dans certaines de ses applications.

Les cas d’utilisation de l’IA sont considérés comme essentiels

Neuf secteurs industriels prioritaires ont été étudiés : Aéronautique, Assurance, Automobile, Banque, Electricité et réseaux, Chemins de fer, Minéraux et métaux, Pétrole et gaz, Pharmaceutique.

Budget consacré à l’IA : si dans l’Industrie automobile ou pharmaceutique, les principaux acteurs du secteur investissent entre 0,8 et 0,9 % de leur chiffre d’affaires, ce ratio apparaît plus faible dans l’Assurance ou le Ferroviaire (0,5 et 0,7 %). A l’inverse, le Secteur Bancaire, pionnier en la matière, se distingue avec près de 1 % des revenus des acteurs dédiés à l’IA.

Les besoins : le segment des solutions d’IA (applications, systèmes et plateformes de développement), représente 85 % du marché. Les fabricants ont besoin d’infrastructures (espace de stockage, serveurs, puissance de calcul) ainsi que d’une assistance pour déployer et auditer leurs systèmes basés sur l’IA.

Par zone géographique : EY-Parthenon a estimé le montant des investissements à 420 m€ pour l’achat de solutions d’IA, répartis entre l’Europe (180 m€ dont 40 m€ en France), l’Asie (130 m€) et l’Amérique du Nord (110 m€).

Le temps est venu pour les entreprises de faire des investissements audacieux dans les technologies et les capacités qui leur permettront de surpasser les autres.