Quelles sont les perspectives de l’industrie mondiale des boissons alcoolisées ?

En mars 2020, la majorité des pays du monde se sont retrouvés pour la première fois en situation de lockdown COVID-19. Douze mois plus tard, certains marchés sont toujours confrontés à des restrictions publiques tandis que d’autres sont relativement revenus à la normale. Cependant, tous les marchés ont connu des changements dans le comportement des consommateurs d’une manière ou d’une autre.

Numérisation

Forcé de se tourner vers les achats en ligne en raison des restrictions imposées pendant les lockdowns, le commerce électronique est devenu plus important que jamais pour les consommateurs. La plupart des organismes s’accordent à dire que cette tendance va se poursuivre, et Euromonitor a récemment indiqué que 74 % des professionnels mondiaux du commerce de détail s’attendent à ce que le boom du commerce électronique inspiré par la crise devienne permanent. Mais il sera important pour les entreprises de continuer à adopter de nouvelles façons de mener leurs affaires afin de rester en phase avec l’évolution rapide de la technologie et de la demande.

La numérisation peut répondre à plusieurs comportements des consommateurs. Les consommateurs ont été contraints de devenir plus avertis en matière de numérisation et ils le souhaitent :

  • maintenir la commodité et être disponible à la demande – développer une culture de service en ligne 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ;
  • un parcours d’achat sans faille sur tous les canaux – codes QR, réservations en ligne par exemple – permet de gagner du temps, de fournir des informations et de garantir la disponibilité ;
  • les entreprises doivent donner la priorité à la sécurité – le commerce sans contact, sans argent liquide et propre est directement lié au commerce sans surveillance et au commerce électronique ;
  • aux entreprises d’avoir un marketing véridique et de dissiper les fausses informations – grâce à un marketing plus précis sur les médias sociaux et les jeux et de donner la parole aux consommateurs ;
  • rester connectés en vivant, travaillant, achetant et jouant de manière transparente, tant en face à face qu’en ligne – ce qui signifie rencontrer les consommateurs là où ils se trouvent.

Shopping nouvelle génération

L’une des tendances qui recoupe la mégatendance de la numérisation est le shopping de nouvelle génération (dans le cadre de la mégatendance de la durabilité et de l’éthique). Cette tendance souligne en particulier la nécessité d’améliorer la création d’expériences transparentes et conviviales. En outre, il est nécessaire de faire face aux problèmes de livraison, le délai de livraison plus long que prévu étant cité comme le problème le plus courant dans les enquêtes numériques auprès des consommateurs.

Lorsqu’il s’agit de rencontrer les consommateurs là où ils se trouvent, c’est là que la réalité augmentée (RA), la réalité virtuelle (RV), l’intelligence artificielle (IA), la robotique, les plateformes de médias sociaux, les plateformes de vente en direct et les assistants virtuels offrent les plus grandes possibilités. Euromonitor prévoit que l’exploitation de technologies telles que la RA et la RV passera du statut de « bon à savoir » à celui d' »indispensable ». Si le jeu est l’activité de RA/VR la plus utilisée dans le cadre de l’enquête numérique auprès des consommateurs, ces technologies sont également utilisées pour avoir un aperçu d’une destination de vacances ou pour en savoir plus sur des objets avant de les acheter. Le live-streaming est également un autre moyen émergent d’impliquer les acheteurs numériques en temps réel. Ce type d’achat séduit les jeunes générations.

Santé et bien-être

Le désir d’être en bonne santé a été fortement influencé par les conditions mises en place pour gérer la propagation du COVID-19. La plupart ont observé que ce phénomène, ainsi que l’attention croissante portée aux préoccupations environnementales, stimule les segments de niche des vins biologiques, biodynamiques et à faible intervention.

Jusqu’à présent, la majorité des produits développés dans cet espace ont été axés sur la bière, les seltzers durs, les boissons prêtes à boire et les spiritueux. Cependant, certains pensent que les vins sans alcool ou à faible teneur en alcool représentent une opportunité inexploitée, d’autant plus qu’ils ne représentent qu’une petite fraction de la consommation globale de vin et qu’ils connaissent une croissance à deux chiffres.

GlobalData a prédit que la « modération et l’évitement » en général est une tendance à suivre pour le secteur de l’alcool, citant le fait qu’un nombre croissant de jeunes et de consommateurs « sobres-curieux » ont une vie sociale qui ne dépend pas de l’alcool. En outre, l’étude a montré qu’en ce qui concerne le vin, la catégorie restera une niche, car les consommateurs continueront à choisir du vin « standard » la plupart du temps, au lieu de choisir de modérer leur consommation. C’est-à-dire de plus petites quantités et moins souvent. Là encore, ce sont les jeunes consommateurs qui sont à l’origine de cette tendance à la modération dans le monde.

Autres tendances de consommation

Certaines des tendances sont recommandées :

  • L’acceptation croissante de nouveaux formats d’emballage. L’achat d’emballages alternatifs tels que le vin en conserve est le plus élevé parmi les jeunes générations ;
  • Expériences de consommation sociale et élargissement du choix des occasions, des lieux et des possibilités de boire ensemble à l’extérieur ou à l’intérieur ;
  • La sophistication et la premiumisation resteront une constante à long terme ;
  • Le passage aux vins est perçu comme un choix sûr et le « localisme ».
Points clés
  • La numérisation est une tendance majeure qui pose des problèmes de livraison
  • Achats de la prochaine génération : les jeunes consommateurs poussent la tendance à la modération dans le monde entier
  • Le désir d’être en bonne santé : les segments de niche du vin biologique, biodynamique et à faible intervention
  • Rencontrer les consommateurs là où ils se trouvent : c’est là que la réalité augmentée (AR), la réalité virtuelle (VR) et l’intelligence artificielle (AI) entrent en jeu.