robot in vineyard
robot in vineyard

Les robots vont prendre le contrôle des vignobles

Il existe 23 robots autonomes qui travaillent le sol et désherbent dans les vignobles français. Le premier robot conçu pour les vignobles était Vitirover, une petite tondeuse électrique récompensée par un prix spécial lors du salon Vinitech 2012. Depuis, nous avons vu apparaître plusieurs nouveaux robots pour la vigne.

Quel est leur rôle principal dans le vignoble ?

L’accent est mis sur la résolution de problèmes spécifiques de gestion du sol. Alors que de nombreux herbicides sont appelés à disparaître, le désherbage mécanique semble être l’alternative la plus courante pour les viticulteurs. Le problème réside dans les techniques de travail du sol qui, comparées aux herbicides, sont très coûteuses et demandent beaucoup de travail. Alors que les robots permettront de réduire à la fois le temps et la pénibilité de ces tâches.

Ils sont présentés comme des solutions pour le travail du sol dans les potagers ou les grandes cultures. Le travail du sol en viticulture est très différent puisqu’il s’agit de désherber ou de faucher l’espace entre les pieds de vigne sur le rang, sans les toucher ni les blesser. Le défi est d’être précis et constitue une amélioration par rapport au désherbage mécanique effectué avec un tracteur.

TED – Naïo Technologies 🇫🇷

Le robot à propulsion électrique a un prix cible de 175 000 € lorsqu’il sera entièrement développé en 2023. Le nouveau modèle a été mis au point pendant l’été 2020 dans les vignobles du producteur de cognac Hennessy et du Bordelais Bernard Magrez.

Le robot, lancé à l’origine il y a trois ans, est équipé d’une plate-forme centrale qui enjambe les rangs de vigne avec des arceaux modulaires lui permettant de s’adapter à une variété de vignes (étroites, hautes, etc.). Les outils de désherbage, les lames, les disques et les charrues peuvent être fixés sur le nouveau porte-outils central, qui dispose d’un élévateur à parallélogramme. Deux outils peuvent être combinés en même temps. La puissance de cette machine légère a été augmentée afin qu’elle puisse atteindre une vitesse de 5km/h et s’attaquer aux pentes.

TREKTOR – SITIA 🇫🇷

C’est un tracteur hybride autonome conçu pour effectuer des tâches répétitives telles que le travail du sol, la pulvérisation et le binage. Il peut modifier sa largeur (empattement) ou sa hauteur (garde au sol réglable) en fonction des cultures. L’attelage trois points de Trektor le rend compatible avec de nombreux outils existants. La puissance provient d’un moteur diesel de 25 ch et d’un moteur hydraulique et électrique de 8 kW. Le prix est supérieur à 200 000 €.

RoamIO – Korechi Innovations 🇨🇦

Il s’agit d’une « plateforme agricole autonome », petite et agile, qui peut être programmée pour effectuer toute une série de tâches différentes dans les vignobles, les vergers, les fermes et les terrains de golf (pour lesquels elle semble particulièrement adaptée). Le robot est relativement léger (120 kg), mais il peut porter jusqu’à 450 kg et remorquer jusqu’à 2 200 kg. Les utilisations actuelles comprennent l’ensemencement de cultures de couverture, la tonte de l’herbe, la surveillance de la santé des vignes et la collecte de données. Le prix est d’environ 40 000 dollars par unité.

VineScout – Université polytechnique de Valence 🇪🇸

Un robot autonome espagnol qui collecte les températures locales, l’humidité, la biomasse (NDVI) et d’autres données pour établir des cartes à haute résolution, a récemment présenté son troisième prototype. Le VS-3 présente de nouvelles caractéristiques et de nouveaux composants, tels qu’un système de direction amélioré, un capteur de temps de vol (pour la cartographie de la profondeur) et de meilleures batteries. Il est actuellement testé dans les vignobles Quinta de Ataíde de Symington Family Estates au Portugal. Il peut cartographier 3,5 hectares par jour. Les clients cibles sont les viticulteurs coopérants et les entrepreneurs.

VitiBot’s Bakus – Cédric Bache 🇫🇷

Il s’agit d’un tracteur enjambeur de vignes autonome et entièrement électrique. Il est capable de désherber mécaniquement, de surveiller les vignes et de pulvériser. Grâce à ses batteries lithium-ion de 75 kWh, le Bakus de 2,5 tonnes peut travailler jusqu’à 10 heures. Le prix devrait être similaire à celui d’un tracteur classique, mais le fabricant affirme qu’il ne nécessite qu’environ 1 € d’électricité par heure de fonctionnement. Le producteur de Chablis Domaine Louis Moreau utilise un Bakus pour ses travaux de terrassement.

Thorvald – Korechi Innovations 🇬🇧

Il est en cours de développement pour traiter les vignes (et les fraises, ci-dessus) avec des rayons UV. « Notre objectif est que Thorvald joue un rôle clé dans la transition vers des pratiques agricoles plus durables et plus efficaces, et nous voyons d’énormes possibilités de croissance sur le marché international dans tous les segments où nous sommes présents », a déclaré Pål Johan From, PDG de Saga Robotics.

Points clés
  • TED – Naïo Technologies
  • TREKTOR – SITIA
  • RoamIO – Korechi Innovations
  • VineScout – Université polytechnique de Valence
  • VitiBot’s Bakus – Cédric Bache
  • Thorvald – Korechi Innovations