JE SUIS EN TRAIN DE PRÉPARER UNE SÉRIE DE 3 ARTICLES POUR LESQUELS J'AI INTERVIEWÉ PLUS DE 20 EXPERTS.
blockchain wine

Une interprofession utilise la Blockchain pour la collecte de données

Une association professionnelle de vin a rejoint l’écosystème pour numériser la chaîne d’approvisionnement du vin. En lisant ces premières lignes, vous avez probablement envie de savoir quelle est cette interprofession. De quel pays ? De quel vignoble ? Je vous donnerai le nom de l’organisme dans ma note d’analyse ci-dessous.

LIRE ÉGALEMENT Blockchain : le futur du vin ?

Plus de 4 000 vignerons et caves coopératives opèrent sous la même enseigne, avec plus de 130 millions de bouteilles de vin produites par an. L’interprofession veille à ce que l’image du vin national, tant au niveau national qu’international, soit synonyme de viticulture de haute qualité, une reconnaissance plus large entraînant une augmentation des ventes et de la valeur pour les producteurs.

L’objectif est de faire entrer le secteur du vin dans le XXIe siècle en utilisant les dernières technologies. L’interprofession souhaite y parvenir en délivrant un passeport numérique unique pour chaque bouteille de vin, qui sera sécurisé par la technologie Blockchain. Les associations professionnelles permettent à leurs membres de tirer parti de toutes les possibilités de numérisation et, dans le même temps, de promouvoir le vin dans le pays et à l’étranger, dans le but d’accroître la part de marché et d’augmenter les bénéfices – et donc la durabilité – pour tous les viticulteurs à long terme.

Les producteurs auront accès à toutes les données concernant leurs produits en temps réel – qui les achète et les consomme, quand, où et comment.

La blockchain est une nouvelle façon de stocker des informations, de les conserver sans les modifier, d’y accéder et d’intégrer de nouvelles informations qui deviennent infalsifiables. Les informations sont enregistrées sur l’équivalent d’un vaste registre distribué, c’est-à-dire partagé sur les ordinateurs (appelés « nœuds ») de tous les membres du réseau. La nature distribuée des registres permet la transparence et l’auditabilité. Ses principaux avantages sont la décentralisation, la sécurité et l’immuabilité. Les applications de la blockchain visent à créer la confiance là où elle fait défaut ou à remplacer les mécanismes de confiance centralisés.

Vin – Projet Vision 2030

Alors que les marques et les entreprises cherchent à créer de nouvelles relations directes avec leurs clients et à stimuler les ventes, la technologie blockchain garantit la sécurité et la transparence nécessaires pour vérifier les produits et créer des expériences plus fluides pour toutes les parties prenantes, les données étant utilisées pour apporter des améliorations continues.

En tirant parti du stockage de la blockchain par le biais du réseau Ambrosus, les vignerons seront amenés à une plateforme numérique unique à laquelle les utilisateurs pourront accéder pour en savoir plus sur le vin qu’ils achètent dans une boutique ou qu’ils commandent dans un restaurant.

Ce guichet unique numérique pour toutes les informations relatives à la preuve d’origine et à la traçabilité du vin permettra d’accroître le potentiel d’exportation du vin et d’augmenter les parts de marché. Le projet débutera avec 10 établissements vinicoles et environ 10 000 bouteilles, et 100 000 étiquettes supplémentaires seront distribuées à d’autres opérateurs dans les semaines à venir. L’objectif est d’étendre le projet à la majorité des 4 000 viticulteurs au cours des deux ou trois prochaines années.

LIRE ÉGALEMENT Comment la blockchain peut-elle changer la chaîne d’approvisionnement du vin ?

Pourquoi ce projet est-il si important ?

Des recherches universitaires aux études consommateurs, il a été démontré à plusieurs reprises que les clients sont prêts à payer plus cher pour des produits biologiques ou artisanaux. Exploitant un marché lucratif, le nombre de produits classés comme biologiques a augmenté, l’Europe étant en tête.

Malgré cette tendance biologique évaluée à 60 milliards de dollars rien qu’en Amérique en 2020, la confusion et le manque de confiance persistent quant à ce qui est réellement biologique, en partie à cause d’un étiquetage trompeur et incohérent, et en partie à cause d’un manque de transparence dans la production.

La blockchain permet aux utilisateurs de vérifier facilement le statut biologique des vins et de faire de meilleurs choix de consommation.

LIRE ÉGALEMENT Comment les NFT pourraient changer le commerce du vin ?
blockchain vin ambrosus

Collecte et analyse des données en temps réel

Le projet est un partenariat conjoint entre Ambrosus, la société de certification de données ZIMT, le producteur de composants techniques 3DAG, la plateforme de vin en ligne winemaker.ch et Swiss Wine Promotion. Ambrosus, ZIMT, 3D, winemaker.com et Swiss Wine Promotion jouent chacun un rôle pour faire bénéficier toutes les parties prenantes de la chaîne de valeur.

L’initiative devrait permettre d’augmenter la part de marché du vin suisse en Suisse et à l’étranger. La plateforme numérique contribue à instaurer la confiance avec les acheteurs conscients et à accroître la durabilité – toutes les bouteilles de vin recevront une étiquette avec un code QR personnalisé, qui dépeindra les documents relatifs à l’origine et au domaine viticole, les certifications nécessaires, les informations sur le transport et d’autres données clés.

L’étiquette de vin est liée aux métadonnées de chaque bouteille ou carton de vin qui sont stockées sur le réseau blockchain. Des informations précieuses sur le domaine viticole et la bouteille de vin concernés s’afficheront lors du balayage de l’étiquette holographique. Ces données comprennent le type de vin, les cépages utilisés, la date de production, l’historique et l’âge du tonneau, ainsi que des données sur les conteneurs de stockage, les certifications du fabricant, les certifications des parties contractantes, les résultats des tests de qualité en laboratoire, l’emplacement des installations, les documents d’expédition et les détails de la traçabilité.

Toutes les entreprises qui décident de participer à ce projet bénéficient de nombreuses fonctions utiles, telles que l’activation des canaux de vente, la surveillance des importations parallèles, le rappel automatisé des produits et d’autres fonctions pour une fidélisation intelligente des clients (par exemple, les adhésions VIP, la vente directe, les promotions, la vente croisée, etc.) Dans le même temps, les entreprises membres et l’interprofession Swiss Wine obtiennent de précieuses informations de business intelligence à partir du scan et des données démographiques des utilisateurs – et tout cela grâce à une étiquette holographique intelligente avec un code QR individuel sur chaque bouteille de vin.

Voici comment cela fonctionne :

  • Chaque bouteille de vin se voit délivrer une étiquette holographique sécurisée qui est produite et imprimée par 3D AG. Attachée à chaque bouteille, cette étiquette contient un numéro de série unique sécurisé par blockchain qui représente une identité numérique. L’identité et l’expérience du consommateur sont gérées par la plateforme numérique de ZIMT, tandis que les données connexes sont stockées sur la blockchain Ambrosus.
  • Les consommateurs n’ont qu’à scanner le code QR figurant sur l’étiquette pour en savoir plus sur la bouteille de vin qu’ils achètent. Toutes les informations – où elle est fabriquée, par qui, les ingrédients utilisés, les accords, les photos du vignoble – s’affichent en fonction des paramètres linguistiques du téléphone de la personne (l’anglais, le français, l’allemand et l’italien étant actuellement pris en charge).
  • L’intégration avec winemaker.ch signifie que lorsqu’une bouteille est scannée, les utilisateurs peuvent se rendre directement sur le site pour effectuer un achat.

En coulisses, la plateforme décentralisée de l’écosystème Ambrosus recevra les ensembles de données et les regroupera en paquets sur le réseau public pour une transparence totale. Chaque fois qu’une bouteille sera scannée, l’opération sera enregistrée comme faisant partie d’un paquet Ambrosus. Ce regroupement d’actifs et d’événements, qui sont traités et vérifiés par une architecture évolutive et plus de 600 nœuds décentralisés, permet de relayer des informations en temps quasi réel de manière extrêmement rapide et économique, tout en garantissant les plus hauts niveaux de sécurité.

Ce projet permet à chaque viticulteur, petit ou grand, de numériser ses vins de manière simple et de créer un « jumeau numérique ». Toutes les données importantes, comme les certificats ou les rapports de laboratoire, peuvent être stockées sur la plateforme et attribuées à chaque vin.

Sergii Grygoriev, responsable du développement commercial chez Ambrosus

Les avantages de la blockchain

En tant que SaaS middleware multi blockchains, ZIMT envoie des paquets de données collectées au réseau Ambrosus via son propre nœud de passerelle. « Nous démarrons ce projet avec 110 000 identifiants uniques et, grâce à une expansion constante, le nombre de paquets contenant des données sur le vin suisse téléchargés sur notre réseau augmentera considérablement, au profit des opérateurs de nœuds, explique Sergii Grygoriev, responsable du développement commercial chez Ambrosus.

En permettant aux consommateurs de consulter facilement les informations relatives à chaque bouteille de vin, l’interprofession des vins suisses sera en mesure d’accroître la valeur et la confiance dans les produits de haute qualité fournis par les établissements vinicoles affiliés. La consommation totale de vin suisse dans le monde s’élève à environ 130 millions de bouteilles par an.

En outre, l’association germano-suisse du vin pourra également affiner sa stratégie commerciale en exploitant les données obtenues auprès des consommateurs qui scannent les produits qui se trouvent sous sa bannière. Grâce à des informations telles que les données démographiques précises sur les consommateurs et le lieu et l’heure de consommation, l’organisation professionnelle peut améliorer l’expérience client et étendre sa portée.

Le projet « Vin suisse 2030 » prévoit d’atteindre les objectifs suivants au cours de la prochaine décennie :

  • Augmenter la consommation du marché local suisse de 30% (chiffre actuel) à 50% ;
  • Augmenter les exportations internationales de 1% (actuel) à 10% ;
  • Multiplier par trois les gains par bouteille.

Les vins suisses ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Quel que soit le secteur, les entreprises du monde entier peuvent utiliser des codes QR associés à des identités individuelles uniques pour leurs légumes, leur fromage ou tout autre produit consommable.