Click here to read the first article. It deals with traceability and the wine industry
tencent vs alibaba

La Chine montre son engagement anti-monopole

L’organisme de surveillance antitrust de la Chine a infligé une nouvelle série de sanctions aux géants technologiques du pays, dont Alibaba et Tencent, concernant des investissements dans deux des principales plateformes d’échange de boissons du pays, dans le cadre de la répression continue des monopoles.

Selon une annonce gouvernementale de l’Administration nationale de la régulation des marchés (SAMR), Alibaba, Tencent, Baidu, Suning et d’autres sociétés doivent payer un total de 21,5 millions de RMB (3,36 millions de dollars) d’amendes pour avoir omis de divulguer 43 transactions dans le cadre de violations apparentes de la législation antitrust.

Deux des violations pointées du doigt par le gendarme chinois concernent Alibaba et Tencent, qui ont investi massivement dans deux plateformes de commerce électronique de boissons il y a quelques années, le premier injectant 290 millions de dollars dans le premier e-détaillant chinois de vins et de boissons 1919.cn et le second dans la plateforme de commerce de boissons B2B Yijiupi.

LIRE ÉGALEMENT Chine, les importations de vin continuent de se contracter

En 2018, Alibaba a investi 2 milliards de RMB (288,25 millions de dollars américains) dans le détaillant de vins et spiritueux en ligne 1919.cn, basé dans le sud-ouest de Chengdu, afin d’exploiter la résurgence de la demande de vins importés en Chine.

Son principal concurrent Tencent a misé l’année suivante sur une plateforme B2B start-up pour les vins et spiritueux, Yijiupi, avec un investissement de 80 millions de dollars US.

Dans les deux cas, l’organisme de surveillance antitrust chinois a estimé que les deux transactions n’étaient pas conformes aux lois antitrust chinoises, et chaque société devra payer 500 000 RMB (78 000 USD) respectivement pour ces transactions.

Il est rare que les régulateurs remontent jusqu’à des affaires qui se sont produites il y a longtemps, mais un grand nombre d’entreprises n’ont pas déclaré leurs transactions conformément à la loi dans le passé.

Zhai Wei, directeur exécutif du Centre de recherche sur le droit de la concurrence de l’Université de sciences politiques et de droit de Chine orientale à Shanghai.

Ces amendes ne sont rien en comparaison de l’amende record de 2,8 milliards de dollars américains infligée par les autorités antitrust à Alibaba en début d’année pour avoir abusé de sa position dominante sur le marché.

Il convient de noter que la dernière série de sanctions visait des transactions réalisées dès 2012, ce qui laisse entrevoir l’ampleur des enquêtes que les autorités sont prêtes à mener pour secouer le monopole du marché.