J'interviens le 5 décembre 2023 sur le thème de la blockchain et le vin à l'Institut Georges Chappaz - Les Rendez-vous de Bacchus - entrée gratuite sur réservation.
ue
923485692

L’UE veut être un leader de la technologie blockchain

David BECK AI & Blockchain / Lecturer & Research

L’UE souhaite devenir un innovateur dans le domaine de la blockchain et accueillir des plateformes, des applications et des entreprises importantes.

La technologie blockchain permet à des personnes et à des organisations qui ne se connaissent pas ou ne se font pas confiance de convenir collectivement d’informations et de les enregistrer de manière permanente sans l’intervention d’une autorité tierce. En créant une confiance dans les données d’une manière qui n’était pas possible auparavant, la blockchain a le potentiel de révolutionner la manière dont nous partageons des informations et effectuons des transactions en ligne.

La stratégie de la Commission européenne est conçue pour atteindre ces objectifs. Elle veut soutenir un “étalon-or” pour la technologie blockchain en Europe qui adopte les valeurs et les idéaux européens dans son cadre juridique et réglementaire.”

Extrait de la Commission européenne – Façonner l’avenir numérique de l’Europe

LIRE AUSSI La blockchain pour le passeport numérique de l'UE ?

La blockchain est l’un des projets multinationaux qui ouvriront la voie à la décennie numérique de l’Europe.

Union européenne, EBSI

L’infrastructure européenne de services de blockchain (EBSI) est née en 2018 lorsque 29 pays (tous les États membres de l’UE, la Norvège et le Lichtensein). La Commission européenne ont uni leurs forces pour créer le Partenariat européen pour la blockchain (EBP).

La Commission a identifié une première liste de 10 domaines d’investissement pour des projets multi-pays. L’infrastructure européenne de services de blockchain (EBSI) est l’un d’entre eux.

La blockchain est un grand livre partagé et immuable qui facilite le processus d’enregistrement des transactions et de suivi des actifs dans un réseau d’entreprises. Un actif peut être tangible (une maison, une voiture, de l’argent liquide, un terrain) ou intangible (propriété intellectuelle, brevets, droits d’auteur, marque). Source : IBM
Caractéristiques uniques de la blockchain : décentralisée, sans confiance, transparente, immuable.

La blockchain pour les services publics et les politiques publiques : pourquoi ?

Une infrastructure basée sur la blockchain offre un certain nombre d’avantages (modèle décentralisé) :

  • des solutions d’avenir pour les services publics pour le web 3.0 et l’évolution de l’économie numérique
  • des gains de confiance et d’efficacité dans les processus multipartites et de traçabilité
  • une amélioration des processus d’identification, délivrance de certificats et de documents officiels
  • une approche centrée sur l’utilisateur, qui garde le contrôle des données qu’il partage
  • une sécurité et une confidentialité accrues, sans point de défaillance ou passerelle unique.

La Commission européenne est à la recherche de nouvelles solutions blockchain pour l’infrastructure européenne de services blockchain. La première phase de conception de la solution a été réalisée par 7 entrepreneurs. Les contrats d’approvisionnement pour la deuxième phase ont été attribués à 5 entrepreneurs et la phase 2A “développement de prototypes et essais en laboratoire” est maintenant en cours.

La phase 2A de développement de prototypes et de tests en laboratoire a été attribuée aux 5 contractants suivants :

La phase 2A, qui dure six mois, se concentre sur la recherche, le développement de prototypes et les essais en laboratoire. À l’issue de ces six mois, la Commission européenne évaluera les résultats techniques et les progrès des projets participants. Sur la base de cette évaluation, un minimum de trois projets seront sélectionnés pour passer à la phase 2B (développement de solutions finales et essais sur le terrain), qui devrait durer un an de plus.

Services transfrontaliers dans plusieurs domaines – cas d’utilisation

Cela se fait notamment par l’établissement de grands livres électroniques en tant que nouveaux services de confiance qualifiés, comme le propose le règlement de l’UE sur l’identité numérique.
L’EBSI va mettre en œuvre le règlement de l’UE sur l’identité numérique et le portefeuille numérique de l’UE:

Suivi et traçabilité (financement des PME, traçabilité des documents) — Garantir l’intégrité et suivre l’évolution des données ou des documents ; surveiller les produits dans la chaîne d’approvisionnement grâce à leur passeport numérique.

Échange de données de confiance (gestion du processus d’asile, partage de données de confiance) — Amélioration de la mise en œuvre de la politique de l’UE et des procédures de conformité entre les administrations, par exemple pour la gestion de la demande d’asile ou l’échange de numéros de TVA pour les produits d’importation.

Gestion de la propriété intellectuelle — Faciliter le contrôle et la gestion de la propriété intellectuelle par les détenteurs de droits.

Titres vérifiables (identité autonome, sécurité sociale, diplômes) — Redonner aux citoyens le contrôle de la gestion de leurs titres, tels que les diplômes ou les certificats de détachement pour les travailleurs mobiles liés à leur identité numérique, en réduisant considérablement les coûts de vérification et en améliorant la confiance dans l’authenticité.

Source : European Blockchain Services Infrastructure

Les travaux en cours de l’EBSI se concentrent actuellement principalement sur le développement de cas d’utilisation qui peuvent être mis en œuvre relativement facilement en utilisant la technologie blockchain existante. L’appel d’offres pour le PCP a débuté fin 2020, l’objectif étant de conduire au déploiement de solutions dans les trois prochaines années.

Phase 1 : Une nouvelle façon de partager l’information

Nous vivons dans les sociétés les plus avancées sur le plan technologique qui aient jamais existé, et pourtant… La vérification des documents et des informations reste un défi. Les sources de données authentiques sont désormais numériques et en ligne. Mais l’accès en temps réel n’est souvent pas possible, il est assuré par des intermédiaires.

Blanchiment d’argent par falsification 17 milliards 110 milliards d’euros seraient blanchis dans l’Union européenne par la falsification de documents.

Produits illégaux et contrefaçons 17 millions Selon un rapport de la Commission européenne, l’année dernière, les douanes ont saisi 17 millions d’articles (par exemple des contrefaçons) aux frontières de l’Europe pour une valeur totale de 740 millions d’euros.

Documents volés/perdus 30 millions Ces dernières années, Interpol a constaté une forte augmentation du nombre de passeports manquants, en Europe et dans le monde. En Europe, ce nombre a atteint 30 millions en 2015 et plus de 60 millions dans le monde. Le dernier chiffre serait estimé à 89 millions en 2020 (Interpol).

Fausses étiquettes sur les aliments et les boissons — 20% Une étiquette sur cinq en Europe serait fausse et donc non conforme aux règles européennes.

Source : European Blockchain Services Infrastructure

Depuis le début de la révolution en ligne, la validation en toute confiance de l’identité réelle des personnes dans un environnement numérique a été un problème à la fois pour les utilisateurs, qui ont vu leur vie privée et le contrôle de leurs données personnelles supprimés, et pour les entreprises qui ont subi le coût des échecs inefficaces et constants de la sécurité de l’identification.

Un service d’identité décentralisé et autonome basé sur la blockchain permet aux personnes de contrôler leur identité et de faciliter l’accès sécurisé des utilisateurs aux services en ligne. La solution de vérification de l’identité et des attributs numériques est conforme au GDPR et a un impact sur les processus d’accueil des clients, KYC (Know Your Customer) et AML (Anti Money Laundering).

L’UE investit dans des technologies qui permettent de vérifier facilement les documents et les informations. Les documents sont faciles à falsifier et difficiles à vérifier. L’UE investit dans des technologies qui peuvent aider à vérifier facilement les documents et les informations sur la base de trois technologies clés : Verifiable Credentials, Blockchain et Digital Wallet.

Les Smart contracts sont simplement des programmes stockés sur une blockchain qui s’exécutent lorsque des conditions prédéterminées sont remplies. Ils sont généralement utilisés pour automatiser l’exécution d’un accord afin que tous les participants soient immédiatement certains du résultat, sans intervention d’un intermédiaire ni perte de temps. Ils peuvent également automatiser un flux de travail, en déclenchant l’action suivante lorsque les conditions sont remplies. (Source : IBM)

Phase 2 : Passeports numériques de produits pour le recyclage des déchets numériques

Dans les mois à venir, des cas d’utilisation liés aux passeports de produits numériques pour le recyclage des déchets numériques et la gestion transfrontalière des droits de propriété intellectuelle pour les œuvres créatives seront testés. Ces cas d’utilisation seront développés en collaboration avec des partenaires spécialisés.

Les contractants travailleront sur des recherches visant à adapter et à améliorer le protocole, dans des domaines allant de l’identité et de l’internet des objets (IoT) à la tokenisation et à la gouvernance décentralisée. Cinq domaines principaux ont été mis en évidence pour la recherche, le développement et les essais dans le cadre de l’EBSI :

  • Évolutivité : pour être une infrastructure blockchain pour l’Europe, l’évolutivité doit être au cœur de l’infrastructure européenne de services blockchain afin de compléter son protocole de smart contract basé sur les comités ;
  • Consensus : un mécanisme de consensus robuste – comment une blockchain authentifie et valide les transactions sans s’appuyer sur une autorité centrale – fait partie intégrante de la décentralisation ;
  • Gouvernance : en tant que plateforme transfrontalière, l’EBSI doit bénéficier de la confiance des institutions publiques, des entreprises et des citoyens des pays membres du Partenariat européen pour la blockchain (EBP) en ce qui concerne leurs données pour la fourniture de différents services ;
  • Identité : pour garantir les plus hauts niveaux possibles de confidentialité et de sécurité sur une infrastructure blockchain à l’échelle européenne, les contractants visent à intégrer leur solution au nouveau cadre pour l’identité numérique de l’UE proposé par la Commission européenne. Cela permettra aux entreprises et aux citoyens de mieux contrôler leurs données tout en fournissant des justificatifs vérifiés pour différents services publics et privés fonctionnant sur le réseau EBSI ;
  • Interoperabilité : outre l’évolutivité, l’ouverture et la décentralisation, une excellente interopérabilité est l’un des objectifs de l’infrastructure européenne de services de blockchain.

L’Internet of Things (IoT) est le concept qui consiste à connecter n’importe quel appareil (à condition qu’il ait un interrupteur marche/arrêt) à l’internet et à d’autres appareils connectés. L’IoT est un gigantesque réseau d’objets et de personnes connectés. Source : IBM

Les domaines de recherche énumérés ci-dessus seront accompagnés d’une variété de développements supplémentaires, allant des intégrations de tiers à l’avancement du sujet du cryptage post-quantique.

En fonction des résultats des essais en laboratoire, à la fin de la phase 2A, un minimum de trois projets seront sélectionnés pour la phase 2B, l’étape finale de la période de préapprovisionnement, au cours de laquelle les capacités de l’infrastructure et des applications nouvellement développées seront testées sur le terrain.

Source : EBSI — European Union