JE SUIS EN TRAIN DE PRÉPARER UNE SÉRIE DE 3 ARTICLES POUR LESQUELS J'AI INTERVIEWÉ PLUS DE 20 EXPERTS.
champagne bottle

Changements dans les ventes d’alcool liés à une pandémie

Des chercheurs de l’UB – Université de Buffalo Yingjie Hu, Brian M. Quigley et Dane Taylor présentent ces résultats dans la revue à accès libre PLOS ONE le 17 décembre. L’équipe note que les tendances varient selon les États.

LIRE ÉGALEMENT Perturbations portuaires : L'industrie vinicole californienne a perdu 250 millions de dollars

Une analyse des données de 16 États américains suggère que les premiers mois de la pandémie de COVID-19 ont été marqués par une augmentation des ventes de vins et de spiritueux, accompagnée de changements notables dans la relation entre les ventes d’alcool et les visites de personnes dans des commerces vendant de l’alcool.

Après que les États américains aient mis en œuvre des ordonnances pour se confiner ainsi que d’autres restrictions pour réduire la propagation du COVID en mars 2020, des témoignagnes induquaient une augmentation des ventes d’alcool. Cependant, les enquêtes fondées sur des données pour déterminer si les ventes et la consommation d’alcool ont effectivement augmenté ont donné des résultats mitigés.

Pour aider à clarifier l’impact potentiel des lockdowns COVID-19 et d’autres mesures de distanciation sociale sur la dynamique des ventes d’alcool, Yingjie Hu et ses collègues ont effectué une analyse des données de 16 États américains, en comparant la période de mars à juin 2020 à la même période en 2018 et 2019.

Les données anonymisées sur la mobilité humaine et l’analyse géospatiale nous aident à comprendre comment le comportement de visite des personnes dans les points de vente d’alcool a changé pendant la période de séjour à la maison de COVID-19, et comment ce changement de comportement a varié selon les régions géographiques.

Yingjie Hu, professeur adjoint de géographie, Collège des Arts et des Sciences

« Il est important de comprendre comment le comportement d’achat d’alcool a été modifié par des événements tels que le COVID, car on sait que la consommation excessive d’alcool est associée à de nombreux problèmes sociaux, notamment au sein du foyer », ajoute Brian Quigley, professeur adjoint de médecine à la Jacobs School of Medicine and Biomedical Sciences de l’UB et à l’UB Clinical and Research Institute on Addictions.

À l’aide de diverses techniques d’analyse, notamment des méthodes d’apprentissage automatique (machine learning), ils ont évalué les données mensuelles sur les ventes d’alcool communiquées par l’Institut National Américain sur l’Abus d’Alcool et l’Alcoolisme (NIAAA), ainsi que des données anonymes sur la mobilité provenant de plus de 45 millions d’appareils mobiles (principalement des smartphones) indiquant les visites de personnes dans des commerces où de l’alcool est vendu. (Les données du NIAAA utilisées dans l’étude portent sur les ventes mensuelles d’alcool pour 14 États américains. Elles comprennent les ventes de spiritueux, de vin et de bière, mais tous les États n’ont pas communiqué les données de toutes les catégories. Les données anonymisées sur la mobilité comprenaient des informations pour ces 14 États, plus deux autres).

Les ventes de spiritueux et de vins ont augmenté

L’analyse a révélé que, dans l’ensemble, les ventes de spiritueux et de vins ont augmenté au cours des premiers mois de la pandémie – jusqu’à 20-40 % dans certains États au cours de certains mois – tandis que les ventes de bière ont globalement diminué par rapport à la même période au cours des dernières années. Parallèlement, la fréquentation des bars et des pubs a diminué, mais celle des magasins de spiritueux a augmenté.

La dynamique varie considérablement d’un État à l’autre. Par exemple, alors que les ventes de bière ont diminué dans la plupart des États entre mars et juin 2020 par rapport aux mêmes mois des dernières années, elles ont augmenté au Kansas, en Arkansas et au Texas. Dans le même temps, le Texas, le Kentucky et la Virginie ont enregistré des augmentations soutenues de leurs ventes de spiritueux et de vin, ce qui, selon les auteurs, « peut être un signal d’alarme pour une consommation problématique d’alcool. »

« Si les données peuvent fournir des informations sur les zones géographiques dans lesquelles la consommation d’alcool augmente pendant certains types d’événements tels que des conditions météorologiques difficiles, un taux de chômage élevé ou des événements tels que la pandémie de COVID, ces informations peuvent être utiles pour aider à préparer les forces de l’ordre, les professionnels de la santé et les prestataires de traitement des troubles liés à la consommation de substances à faire face aux problèmes liés à l’alcool associés à ces périodes », explique Brian Quigley.

Les évaluations par apprentissage automatique effectuées dans le cadre de l’étude font apparaître un changement significatif dans la relation entre les données relatives aux ventes d’alcool et les visites de divers points de vente d’alcool. Des recherches supplémentaires seront nécessaires pour comprendre comment les comportements des gens ont changé, mais ces résultats suggèrent la possibilité que certains États aient vu une augmentation des achats d’alcool en ligne ou des achats paniqués de spiritueux et de vin.

L’équipe de recherche note que l’étude présente certaines limites. Par exemple, de nombreux États n’étaient pas inclus dans l’ensemble de données du NIAAA, et les données sur la mobilité humaine n’ont pas permis de saisir les ventes d’alcool dans des lieux tels que les épiceries, où les ventes d’alcool sont mélangées à celles d’autres articles. Néanmoins, ces résultats donnent un aperçu des effets potentiels des politiques de confinement sur la consommation d’alcool et pourraient éclairer les futures politiques de santé publique visant à résoudre les problèmes sociaux liés à l’alcool, affirment les chercheurs.