JE SUIS EN TRAIN DE PRÉPARER UNE SÉRIE DE 3 ARTICLES POUR LESQUELS J'AI INTERVIEWÉ PLUS DE 20 EXPERTS.
wine warehouse

France, année difficile pour les grossistes en vin

Matteo Neri, directeur de recherche chez Xerfi, nous explique ce qui est arrivé aux grossistes en vin français.

Le chiffre d’affaires de l’ensemble du commerce des boissons a plongé de 11,4 % en 2020 : c’est la première fois que cela se produit depuis 20 ans. Ce chiffre masque de fortes disparités entre les différents profils d’acteurs. L’activité des spécialistes du circuit CHR s’est effondrée de plus de 40% au cours du dernier exercice suite à la fermeture de bars et de restaurants. Pour C10, Distriboissons et France Boissons, les pertes cumulées à elles seules ont atteint près de 1,6 milliard d’euros en un an.

LIRE ÉGALEMENT Comment les médailles poussent les consommateurs à acheter du vin

De même, les exportateurs de vins et spiritueux ont dû faire face à une année particulièrement difficile. Au-delà des effets liés à la pandémie, les taxes américaines sur les vins et spiritueux ont pesé lourdement sur la demande des opérateurs du secteur, et 2 milliards d’euros se sont évaporés à l’export pour le secteur en 2020.

Les boissons dans le circuit hors foyer : un canal de 8 milliards d’euros

Selon le panorama CHD de Gira Foodservice, les achats de boissons dans les circuits hors domicile ont représenté un peu plus de 8 Mds€ en 2018, dont 7,1 Mds€ en restauration commerciale (restaurants, bars…), et un peu plus de 400 M€ en restauration collective et en circuits de vente alternatifs réunis. Les vins représentent à eux seuls 2,7 Md€, suivis des bières (1,7 Md€) et des boissons rafraîchissantes (1,5 Md€). Les grossistes en boissons doivent faire face à la concurrence d’une multitude d’acteurs de la restauration collective : tout d’abord les industriels qui vendent directement (environ 18% du marché de la restauration collective selon le panorama Gira FoodService), mais aussi les cash &amp ; carry (12%), les grossistes alimentaires (7%), les prestataires logistiques (6%) et les supermarchés (5%). Au final, les grossistes en boissons ne captent que 51% du marché, ce qui signifie que la marge de progression est encore importante.

Ventes de vin des grossistes du secteur Horeca en France

La numérisation à toute vitesse pour les spécialistes du secteur de la restauration

Afin de se différencier et de capitaliser sur leurs avantages concurrentiels, C10, Distriboissons et France Boissons élargissent leur offre de services et renforcent leur présence en ligne. Cette stratégie vise également à contrer la concurrence des acteurs du commerce électronique, qu’ils soient généralistes (Amazon et et Cdiscount ont développé une offre pour les professionnels ces dernières années) ou spécialisées (plusieurs places de marché BtoB sont dédiées aux vins comme Dixvins), mais aussi pour répondre à l’assaut des chaînes concurrentes (Metro a lancé en 2018 sa place de marché pour les chaînes d’accueil, et propose désormais plus de 8 000 références de boissons en ligne).

Partant du constat que 30% des professionnels de la restauration se disent prêts à utiliser une place de marché pour effectuer leurs achats, C10 a lancé sa place de marché BtoB Marchandiz en juin 2021. Accessible à tous les établissements (qu’ils soient ou non clients du réseau), elle propose une large gamme de produits et services à travers deux interfaces : l’une hébergée directement sur les sites e-commerce des membres du réseau, l’autre indépendante, accessible par tous les professionnels de la restauration (essentiellement des produits non alimentaires).