J'interviens le 5 décembre 2023 sur le thème de la blockchain et le vin à l'Institut Georges Chappaz - Les Rendez-vous de Bacchus - entrée gratuite sur réservation.
wine blockchain

La blockchain dans la filière vin — Transparence partie 4

David BECK AI & Blockchain / Lecturer & Research

En digitalisant le processus de production du vin et en inscrivant les données nécessaires dans la blockchain, les utilisateurs et les évaluateurs pourront obtenir des informations complètes sur chaque bouteille.

TRANSPARENCE Chapitre 2 – Partie 4 #Blockchain #Vin

Dans cette série d’articles, j’essaie de comprendre les implications des thèmes liés à la traçabilité (chapitre 1), à la transparence (chapitre 2) et à la décentralisation (chapitre 3). Ces thèmes peuvent être considérés comme antonymes de l’industrie du vin.
Dans le Chapitre 1 Tracabilité, j’ai analysé la relation entre les producteurs de vin et les consommateurs. Je me suis penché sur les effets que la transparence pourrait avoir sur la chaîne d’approvisionnement du vin. Voici le troisième article du chapitre 2. Dans le troisième chapitre, j’examinerai si la décentralisation pourrait être l’avenir de la filière vin.

J’ai eu le plaisir d’interviewer 40 acteurs majeurs des secteurs du vin et de la technologie. Pour rédiger cet article, j’ai discuté avec (trié par ordre alphabétique) :

Sylvie Busca Fondatrice associée de Wine in Block
Laurent David Président de La WineTech
Benjamin Faraggi Fondateur & CEO de Kagesecur
Antoine Gimbert Directeur Export des Domaines Delon
Matthieu Hug Fondateur & CEO de Tilkal
Nicolas Mendiharat Co-Fondateur & CEO de WineChain
Tom Morris Business Development Manager de VeChain
Oliver Oram Co-Fondateur & CEO de Chainvine
Sebastian Schier Managing Director de vinID
Dorian Wansek Chief of Staff du CEO d’Arianee


3. Comment utiliser la blockchain dans l’industrie du vin ?

3.1. Pourquoi intégrer la blockchain ?

La blockchain n’est qu’une technologie, ce n’est pas une solution commerciale. L’objectif n’est pas d’utiliser la blockchain pour le plaisir d’utiliser la blockchain. L’objectif est de fournir des outils qui permettent d’organiser la traçabilité et la transparence dans des contextes multi-acteurs. Il s’avère que pour faire cela dans un environnement multi-acteurs, en fait la centralisation de la capture des données pose beaucoup de problèmes.

Il y a donc deux raisons fondamentales d’utiliser la blockchain aujourd’hui :

  1. Déployabilité – s’il n’y a pas de technologie de capture de données décentralisée comme la blockchain, il y aura un problème de déploiement important. Tout sera centralisé : complexité, effort et potentiellement coût et risque. De plus, il y aura une interdépendance entre les systèmes d’information.
    Ce que fait la blockchain, c’est de prendre ce problème de déploiement et de le diviser en plusieurs petits morceaux avec tous les acteurs impliqués, chacun d’entre eux étant très facile à gérer. Chaque acteur gérera son déploiement chez lui. Il faut imaginer que c’est comme avoir une prise qui permet de se connecter à un réseau. J’ai cette prise, je me connecte et j’interagis pour mettre de l’information quand je veux, et prendre de l’information quand je veux. Nous veillons à ce qu’il n’y ait pas d’interdépendance et à ce que chacun reste autonome dans ses systèmes.
  1. Auditabilité – en vertu du mode de fonctionnement de cette technologie, lorsqu’un acteur introduit des informations dans le système, nous sommes en mesure de dire à tout moment qui a fourni quoi, de retracer la piste d’audit et de garantir que les informations fournies n’ont pas été modifiées. Cela permet à chacun de contrôler ses données et, accessoirement, de choisir avec qui il veut les partager. Mais il permet aussi de responsabiliser les gens. Chacun parle de ce qu’il fait dans la chaîne et cela crée une base commune où chacun est responsable de sa part.

De la traçabilité à la blockchain : c’est pour cet ensemble de raisons que nous mettons en œuvre la technologie blockchain dans le cadre de la mise en place de la traçabilité et de la transparence.

La blockchain : passer d’un marketing de promesse à un marketing de la preuve
CAS D'USAGE 14 — la blockchain de traçabilité de bout en bout de Tilkal pour les chaînes d'approvisionnement
Au-delà de la sécurisation et de l'identification unique de leurs produits (sérialisation et agrégation), Danone souhaitait travailler en 2018 sur les questions de traçabilité dans les usines mais aussi dans le réseau de la chaîne d'approvisionnement.
Danone a souhaité connecter 120 entrepôts de ses distributeurs en Chine. La particularité de l'écosystème chinois tient principalement à la langue, à l'hétérogénéité des systèmes d'information sur place (ERP) quand ils existent, mais aussi à la disponibilité des systèmes (la grande muraille chinoise). Danone a souhaité explorer et tester la valeur ajoutée que la blockchain pourrait leur apporter. Danone a fait appel à Tilkal pour leur solution de traçabilité avec blockchain. Après avoir créé une preuve de concept (POC)* en 2018, Danone et Tilkal ont mis en place un produit minimum viable (MVP) l'année suivante, avant de lancer une solution en 2020.
Tilkal a proposé 3 blocs :
- capturer l'information de manière décentralisée et multi-acteurs (API, application mobile, fichiers csv...) ;
- traduire les informations dans un langage commun (EPCIS) pour reconstruire le cycle de vie de ce qui se passe dans la chaîne de valeur. Il en découle des calculs statistiques, des analyses, des alertes et des algorithmes d'apprentissage pour traiter différents cas d'utilisation ;
- exploiter les données avec deux composantes : une composante pour le fabricant afin de visualiser et d'interagir avec toutes les informations, et une seconde composante pour les consommateurs afin d'assurer la traçabilité et la transparence des produits (B2C).
Aujourd'hui, Danone peut dire que la blockchain lui a permis de garantir et de contrôler les informations fournies par le réseau de ses partenaires, et de la déployer rapidement afin de minimiser l'impact sur les cartes et paysages applicatifs de Danone et de ses partenaires.

*Une preuve de concept (POC) est une démonstration d’un produit dans laquelle le travail consiste à déterminer si une idée peut être transformée en réalité.

Conseils pour la mise en place d’une blockchain
  • Disposer d’un sponsoring fort dans l’entreprise pour permettre le lancement d’une telle initiative. Il est nécessaire de mettre en place plusieurs événements favorables au sein des différents services pour aller dans le même sens : soit sur internet, soit auprès des distributeurs (les mobiliser avec des incentives par exemple, pouvoir les faire adhérer à l’initiative) ;
  • Rester concentré sur les objectifs initiaux car les risques de perdre le fil sont nombreux. Il se peut que des innovations technologiques apparaissent et remettent quelque peu en question les choix initiaux. Il peut s’agir de ce que font les concurrents et, bien sûr, nous devons regarder ce qui se passe ailleurs ;
  • Rester très agile parce qu’il y a beaucoup d’éléments qui arrivent tous les jours, toutes les semaines, et qui nécessitent effectivement des ajustements par rapport aux orientations qui avaient été envisagées – il peut s’agir de contextes réglementaires ou d’éléments qui n’étaient pas connus au début du projet ;
  • Mobilisation auprès de leurs partenaires : pourquoi les distributeurs participeraient-ils à ce type d’initiative ? Et pourquoi fourniraient-ils des informations ? Il y a des discussions à avoir avec eux pour les rassurer sur ce qui sera fait de l’information. La décentralisation réelle du réseau, où chacun participe et est finalement partie prenante, est un élément de réassurance.
    Le MVP nous permet de travailler avec quelques acteurs de la chaîne qui partagent une volonté et des valeurs communes (traçabilité, transparence). Cela permet de mettre en place rapidement quelque chose à une échelle réelle, sur la base de données réelles. Sur cette base, nous pouvons aller chercher d’autres partenaires, car ceux que nous avons embarqués dans ce premier MVP deviennent nos ambassadeurs : cela nous permet d’embarquer les suivants, d’embarquer les plus petits, et de nous lancer sur la voie de la traçabilité.
  • Collaboration : qu’elle soit technique, qu’elle se situe au niveau local, en particulier dans la chaîne d’approvisionnement, mais il s’agit évidemment aussi d’une collaboration interne, que ce soit entre les équipes de marketing et d’exploitation, entre les pays, et évidemment entre les entreprises et l’informatique, ou avec vos propres partenaires techniques. Il est donc nécessaire de disposer d’équipes dédiées.

3.2. Comment intégrer la blockchain dans la chaîne de vente du vin ?

La production de vin peut être divisée en huit éléments, selon le sujet principal à un moment ou à un autre du cycle de vie du produit.

Source : Merehead

En numérisant le processus de production du vin et en inscrivant les données nécessaires dans la blockchain, les utilisateurs et les évaluateurs pourront obtenir des informations complètes sur chaque bouteille. Si vous introduisez un système de notation et la possibilité de laisser des commentaires, cela aidera à l’évaluation du goût, non seulement de la variété dans son ensemble, mais aussi de chaque lot individuel.

Comment et quand les données seront-elles collectées, qui en sera responsable et comment se dérouleront les transactions commerciales, documentaires et financières ?

les vignerons – culture et vendange des raisins

L’intégration de la blockchain à ce stade implique les actions suivantes :

  • un réseau de capteurs est créé qui recueille automatiquement des données sur les conditions météorologiques, les conditions du sol et d’autres paramètres qui affectent la qualité des raisins au cours d’une saison particulière (cycle de production) ;
  • le vigneron entre dans le système avec des données le concernant et concernant sa parcelle (emplacement, hauteur, type de sol), le type et le nombre de pieds de vigne, leur origine, l’irrigation et le traitement. Ici, il est important de tout prendre en considération : des engrais utilisés à la façon dont la vigne a été coupée et au moment où elle l’a été ;
  • lors de la récolte, les données relatives à la date de la récolte, au mode de livraison des raisins à la cave, etc. sont saisies dans le système ;
  • après la récolte et le pressage du jus, les informations concernant la date de cette procédure, l’équipement utilisé, etc. sont saisies dans le système.

Ces informations sont importantes car elles influencent le goût de la boisson, le respect de l’environnement et, en fin de compte, le coût du vin. Après avoir recueilli un grand nombre d’informations de ce type, vous pouvez également utiliser la science des données pour comprendre comment cultiver le raisin.

Les producteurs – ils sont impliqués dans la production de vin

Pour assurer la traçabilité, ces profesionnels doivent ajouter à la blockchain :

  • les données sur les fournisseurs, le cépage ; la date de réception des matières premières ; la description de l’état et de la qualité des matières premières obtenues ; les données sur les conditions de sa livraison ;
  • les enregistrements des procédures internes, telles que la décantation, la fermentation et la conservation, ainsi que l’aération dans la production de vin rosé ;
  • les informations sur la température, le contenu chimique et les additifs ;
  • les données sur les conditions de stockage et le déroulement de la production ;
  • les informations sur la levure et son utilisation.

Il n’est pas nécessaire de faire une description détaillée du processus de production du vin dans le système, car cela pourrait violer un secret commercial – les producteurs de vins d’élite gardent certains éléments de la production en secret.

exemple de traçabilité du vin sur une blockchain
Les distributeurs en gros – ils mélangent et envoient le vin à une cave de transit ou à un emballeur

Les distributeurs en gros contribuent à la blockchain :

  • la date d’obtention, les données sur les conditions de transport et de stockage.
  • les informations sur le traitement, l’échantillonnage, l’analyse du vin en vrac et la date d’expédition.
  • si le processus de mélange est effectué, il est également enregistré dans la blockchain.
Les caves de transit – ils réceptionnent, stockent, expédient, traitent, échantillonnent et analysent le vin en vrac

Les données à saisir dans la blockchain à ce stade sont identiques à celles décrites dans la section précédente.

Les remplisseurs / emballeurs – ils reçoivent le vin du distributeur en gros ou de la cave de transit et le préparent les tonneaux, les fûts, les bouteilles…

Pour une utilisation correcte de la blockchain, il est important de garantir la cohérence de cet étiquetage entre les différents acteurs du marché. Cela concerne deux types de données :

  • le vin et la production : réception, stockage, transformation, échantillonnage, analyse, remplissage, emballage et expédition des produits finis ;
  • les informations sur la protection contre la contrefaçon : types de papier, gaufrage au laser, gaufrage à chaud et à froid, peintures thermosensibles, hologrammes, estampage à chaud et autres.

Les données sur les moyens de protection sont importantes, car les consommateurs devraient également avoir accès à la blockchain (en utilisant l’application et un QR code). Il est préférable d’utiliser le système de certificats d’identification numérique uniques à usage unique sous la forme de QR codes, qui sont attribués à chaque bouteille, emballage ou tonneau de vin. Ces codes feront partie de l’étiquetage des produits finis et pourront être utilisés pour vérifier l’authenticité des marchandises.

Les importateurs / distributeurs – ils stockent et expédient les vins aux points de vente

Le vin est généralement reconditionné en grands lots. Ce qui doit être reflété dans la blockchain :

  • la date de réception, conditions de stockage et date d’expédition ;
  • les informations sur le reconditionnement et les agrégations ;
  • les informations sur la destination des marchandises.
Les grossistes – envoi de cartons et de palettes contenant du vin aux magasins de détail

À ce stade, la blockchain reçoit des informations sur l’obtention, le stockage et la livraison des marchandises, dont la plupart sont collectées automatiquement à l’aide de capteurs et de tags RFiD. TCes dispositifs surveillent la température, la vitesse de déplacement, les secousses et d’autres données susceptibles d’affecter la qualité du produit. Les données relatives aux conditions de stockage et de transport sont importantes. Ni l’acheteur ordinaire ni l’expert ne seront en mesure de comprendre quel vin est avarié tant que la bouteille n’aura pas été ouverte.

Les détaillants – vente de vins aux consommateurs finaux

Les commerçants sont chargés d’afficher dans le réseau les informations relatives aux marchandises reçues, à leur stockage et à leur vente.

Supposons que vous souhaitiez évaluer deux bouteilles de Mouton-Rothschild de 2000, dont l’origine est reflétée dans la blockchain. Les deux étiquettes ont été créées dans le même vignoble la même année, mais une bouteille a été vendue à un collectionneur connu, et la seconde à un participant inconnu.
Dans ce cas, nous pouvons voir le transport et le stockage du vin avec la plus grande responsabilité pour un collectionneur bien connu. Les conditions de transport et de stockage dans le second cas lui sont inconnues. Par conséquent, la première bouteille a plus de chances de conserver son goût, ce qui signifie que son prix est plus élevé.

Vous avez les deux mêmes bouteilles de Mouton-Rothschild de 2000, mais sans enregistrer l’histoire de l’origine dans le réseau blockchain. Dans ce cas, un évaluateur examine les deux bouteilles, pose des questions sur l’origine et les conditions de stockage de chacune d’entre elles, mène une enquête (vérifie les informations reçues) et évalue l’authenticité et le coût du vin.
Si, au cours de l’enquête, il est décidé qu’il ne s’agit pas d’une contrefaçon, l’évaluateur crée deux entrées dans la blockchain et accroche des étiquettes d’identification sur les bouteilles. Ensuite, vous allez aux enchères ou vous vendez directement le vin.

La blockchain ne garantit pas à 100 % l’authenticité de l’origine. La blockchain et les smart contracts rendront le marché beaucoup plus transparent et plus sûr.

CAS D'USAGE 15 — Chainvine : preuve de concept (POC)* pour réduire les frictions dans le commerce international
Déterminer comment la technologie Blockchain et l'Internet des objets (IOT) peuvent être utilisés pour réduire les frictions dans le commerce international en simplifiant le processus d'importation et en assurant la conformité fiscale et réglementaire. Un projet pilote d'éco-système de confiance (Pilot Eco System of Trust) est officiellement en cours depuis mars 2019 entre les autorités d'exportation australiennes - Wine Australia et l'association/organisme commercial représentant le commerce des vins et spiritueux au Royaume-Uni.

Avantages :
• réduction de la duplication des données et de la saisie manuelle des données
• réduction des erreurs et des frais administratifs
• réduction des coûts de transport des documents et des frais de messagerie
• assure la conformité fiscale et réglementaire
• amélioration de la confiance entre toutes les parties.
La valeur et les avantages potentiels de la mise en œuvre ont été examinés avec les producteurs de vin, les importateurs, les transitaires et les services du gouvernement britannique (HMRC/FSA).

*Une preuve de concept (POC) est une démonstration d’un produit dans laquelle le travail est axé sur la détermination de la faisabilité d’une idée.

3.3. La blockchain pour optimiser la chaîne d’approvisionnement dans l’industrie des produits alcoolisés

La blockchain est une technologie révolutionnaire qui peut réduire le coût des transactions monétaires, optimiser les chaînes d’approvisionnement, améliorer l’interaction entre l’acheteur et le client, automatiser les processus commerciaux, la gestion des documents et bien plus encore.

Les buts et objectifs commerciaux des chaînes d’approvisionnement dans l’industrie de l’alcool sont les mêmes que pour les autres producteurs et distributeurs : fournir un niveau de service maximal à des coûts minimaux. Mais l’activité elle-même est spécifique – il existe de nombreuses conditions particulières qui influent sur la qualité et le coût du produit final :

  • Contrôle strict – pour se protéger contre la contrefaçon et l’alcool contrefait, le produit est soumis à l’étiquetage, au contrôle et à la réglementation d’un système de distribution. Chaque bouteille/emballage fait l’objet d’une comptabilité stricte et d’un contrôle du mouvement de l’alcool du producteur au consommateur – c’est une exigence de tous les pays. Cela crée des difficultés logistiques supplémentaires et entraîne une augmentation des coûts par rapport à d’autres catégories de produits de grande consommation.
  • Saisonnalité des ventes – en novembre et décembre (période des fêtes de fin d’année et de Noël), le volume des ventes de boissons alcoolisées est presque comparable au volume généré au cours des dix autres mois, ce qui crée souvent un chaos logistique : retards de livraison et augmentation des coûts.
  • Difficultés liées à la paperasserie – Les contrôles stricts sur la production et la vente d’alcool rendent difficile la tenue de la paperasserie, ce qui oblige les entreprises à consacrer davantage de ressources et d’argent à la comptabilité.

Les plateformes logistiques basées sur la blockchain peuvent remédier aux inefficacités de la chaîne d’approvisionnement, à la qualité et à la certification, ainsi qu’aux produits contrefaits. Avec un cadre décentralisé, des données immuables et des transactions publiques, il est possible de créer un réseau qui regroupe toutes les données relatives au mouvement des marchandises des producteurs aux clients et les met à la disposition de tous les participants à la chaîne d’approvisionnement. Les données fournies peuvent être séparées en fonction du participant à la plateforme. Par exemple, les producteurs et les détaillants auraient accès à toutes les données, tandis que les acheteurs n’auraient accès qu’aux données concernant le producteur, les conditions de stockage et les matières premières.

Le géant technologique chinois Tencent a entamé un partenariat avec le producteur de vin Changyu Pioneer Wine pour appliquer la blockchain à la chaîne d’approvisionnement du vin. Le réseau donne à chaque bouteille un certificat unique écrit sur la blockchain, que les clients peuvent utiliser pour vérifier l’authenticité du produit en scannant le code QR sur la bouteille.

Le géant chinois de l’internet Sina, connu pour son application de microblogging de type Twitter, s’est associé au producteur de baijiu Wuliangye Yibin pour créer une plateforme de suivi pour le baijiu.

CAS D'USAGE 16 — Kagesecur: son objectif est de devenir la plus grande blockchain privée de France 
Fondée par 2 groupes professionnels (huissiers et avocats), Kagesecur est une blockchain ouverte aux entreprises qui souhaitent déployer leurs cas d'usage et avoir leur nœud comme membre de cette blockchain. La blockchain privée permet d'automatiser un grand nombre de tâches associées, comme par exemple l'agrégation et la relance des factures impayées pour les huissiers ou l'automatisation des mouvements d'actionnaires pour les avocats via des smart contracts. Cette blockchain est ouverte à tout profil d'entreprise, du monde juridique aux entreprises industrielles développant leurs applications.

Kagesecur peut être utilisée en tant que Blockchain as a Service (BaaS). Les entreprises peuvent exploiter la blockchain sans avoir à développer ou gérer leurs propres infrastructures. Easyspuro est un framework permettant de déployer des applications basées sur la technologie blockchain. Le framework EasySpuro offre une solution complète aux développeurs, avec un système plug-and-play pour gérer la conception, le développement et la publication d'applications sur une plateforme unique. La plateforme permet d'héberger, de stocker et de décentraliser le calcul de chaque application. Chaque dApp repose sur son propre mécanisme de consensus et ses propres API.

3.4. Blockchain : stratégies de service à la clientèle

Les programmes de fidélisation traditionnels créent des problèmes à la fois pour les entreprises et pour les clients. Les entreprises sont généralement très préoccupées par la personnalisation, l’augmentation des taux de conversion et l’uniformisation des canaux. Du côté des clients, les restrictions et les règles, les options de récompense et le problème le plus courant est la perte de tous les points bonus accumulés après une certaine période posent problème. C’est pourquoi peu de gens utilisent les programmes de fidélisation, malgré tous les avantages qu’ils offrent aux consommateurs.

Source : Reefic

La plateforme blockchain peut être intégrée à un système de gestion de la fidélité pour automatiser les processus commerciaux, garantir des transactions sécurisées et automatiquement appariées, augmenter l’efficacité commerciale et améliorer l’expérience des membres. Cela permettrait de réduire le coût du programme de fidélisation ainsi que la fraude dans ce domaine.

Il existe un certain nombre de startups comme Gift Jeenie, Qiibee et Loyela qui mettent en œuvre des programmes de fidélisation basés sur la blockchain. Mais dans l’ensemble, ce type de programme n’en est qu’à ses débuts et l’industrie de l’alcool ne fait pas exception.

3.5. Droits d’accise – solution blockchain

Les droits d’accise sont des taxes indirectes sur la vente ou l’utilisation de certains produits tels que l’alcool, le tabac et les ressources énergétiques. Le processus de contrôle et de collecte des droits d’accise est une procédure compliquée avec des protections plutôt faibles contre la fraude et l’évasion. En fait, cette protection consiste en un simple contrôle d’un papier timbré et d’un hologramme. Ces deux éléments sont assez faciles à falsifier, ce dont profitent les fraudeurs du monde entier.
Si la chaîne d’approvisionnement des boissons alcoolisées est écrite sur une blockchain, le paiement des droits d’accise peut être réduit à un simple smart contract qui automatise ce processus et fait de la vérification une procédure très simple.

Ceci était le quatrième article du chapitre 2 – Transparence. Dans le prochain article, j’aborde le profil des acteurs de la blockchain pour la filière vin.